+ services en département
 

 

 

 

 
Accueil > Travail et relations sociales > Accompagner le dialogue social > La Commission paritaire régionale interprofessionnelle (CPRI) (...)

La Commission paritaire régionale interprofessionnelle (CPRI) Auvergne-Rhône-Alpes

| Publié le 9 octobre 2017 | Dernière mise à jour le 17 novembre 2017
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Depuis le premier juillet 2017, de nouvelles Commissions paritaires régionales interprofessionnelles (CPRI) sont mises en place. La DIRECCTE Auvergne-Rhône-Alpes a publié le 1er septembre par arrêté la composition de la CPRI Auvergne-Rhône-Alpes pour le mandat 2017-2021.

La loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l’emploi instaure les nouvelles commissions paritaires régionales interprofessionnelles (CPRI) dont la mise en place est prévue dès le 1er juillet 2017.

Les CPRI visent à représenter les salariés et les employeurs des très petites entreprises (entreprises de moins de 11 salariés) relevant des branches qui n’ont pas mis en place de commissions conventionnelles équivalentes.

La CPRI doit être composée pour moitié de salariés et pour moitié d’employeurs avec une parité entre les femmes et les hommes. Le nombre de sièges s’établit comme suit :

• dix sièges aux organisations syndicales de salariés,

• dix sièges aux organisations professionnelles d’employeurs.

Les missions de ces instances de concertation au niveau des régions sont multiples :

- donner aux salariés et aux employeurs toutes informations ou tous conseils utiles sur les dispositions légales ou conventionnelles qui leur sont applicables ;

- apporter des informations, débattre et rendre tout avis utile sur les questions spécifiques aux entreprises de moins de onze salariés et à leurs salariés, notamment en matière d’emploi, de formation, de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, de conditions de travail, de santé au travail, d’égalité professionnelle, de travail à temps partiel et de mixité des emplois ;

- faciliter la résolution de conflits individuels ou collectifs n’ayant pas donné lieu à la saisine d’une juridiction.La commission ne peut intervenir qu’avec l’accord des parties concernées ;

- faire des propositions en matière d’activités sociales et culturelles.

Vous trouverez la liste des membres de cette commission ci-dessous.

--

->Articles du même thème :

-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics