Nos services en département
 

 

 

 

 
Accueil > Travail et relations sociales > Promouvoir la santé et sécurité au travail > Chute de hauteur > « Travaux en hauteur, pas droit à l’erreur »...

« Travaux en hauteur, pas droit à l’erreur »...

| Publié le 15 décembre 2015 | Dernière mise à jour le 21 décembre 2015
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

« Travaux en hauteur, pas droit à l’erreur » : une campagne d’information pour inciter les professionnels à prévenir les risques d’accidents.

« Travaux en hauteur, pas droit à l’erreur » : une campagne d’information pour inciter les professionnels à prévenir les risques d’accidents.

 
Les chutes en hauteur : 1ère cause cause d’accidents graves et mortels au travail dans le BTP et chez les agriculteurs :
 

Le BTP :

  • Les victimes d’accidents et décès sont majoritairement les ouvriers couvreurs, les charpentiers, les façadiers d’entreprises de petite taille : 0 à 20 salariés.
  • 1 chute toutes les 5 minutes en France
  • Pour l’année 2012 : 17 435 accidents avec arrêts, 29 décès, 1 994 nouvelles incapacités permanentes consécutives à des accidents et 1,76 million de journées d’arrêt
  • les 3 types de chute :
    • chute à travers un toit dont le matériau est fragile
    • chute dans le vide sur les extérieurs
    • chute dans un trou/trémie fenêtre, ou dans un escalier.
  • les principales causes des chutes de hauteur :
    • l’absence de protections collectives (échafaudages, plateformes sans garde-corps)
    • l’absence de protections individuelles (harnais antichute)
    • un dispositif défectueux ou mal utilisé (point d’ancrage non conforme par exemple)

Le secteur agricole :

  • 12,4 % des accidents du travail chez les exploitants agricoles
  • 9,4 % des accidents du travail chez les salariés agricoles

La réglementation :

L’essentiel de la réglementation relative aux travaux en hauteur figure dans le décret n° 2004-924 du 1er septembre 2004 relatif à l’utilisation des équipements de travail mis à disposition pour des travaux temporaires en hauteur.
Ce décret s’applique à tous les secteurs d’activité soumis au code du travail et prévoit une obligation pour l’employeur de mettre en place une protection contre le risque de chute quelle que soit la hauteur à laquelle se situe le travailleur dès lors que le danger ne peut être supprimé.
La priorité doit être donnée aux mesures de protection collective sur les mesures de protection individuelle.

 

 

En savoir plus :

Pour en savoir plus, consulter :

-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics